Accueil | Forums | Contacts | Crédits | Liens

Le maquis à CLAVEISOLLES

Des le début de 1943, l'inquiétude sévissait dans la jeunesse 
lyonnaise, l'échec de la relève, malgré la propagande de vichy,
 avait amené le gouvernement à créer le STO et la perspective
 d'être obligé de partir en Allemagne et de travailler
 pour l'ennemi était odieuse  à tous les jeunes français.
Mais ou partir, ou se réfugier ? À l'ouest de Lyon s'est la vallée de l'azergues parcourue
par la voie ferrée de Lyon à Paray le monial ; Si au début cette vallée est large dans
sa partie supérieure, elle se resserre et elle est couverte de profondes forêts.
Le 3 mars 1943, nous prenons possession d'une ferme abandonnée, située à
la limite des bois au lieudit " Concize " et nous restons quelques jours cachés.
Antoine Fonlupt qui a la liaison avec des groupes FTPF de Lyon réceptionne assez vite
des réfractaires au STO et trois semaines après nous sommes une trentaine ce qui perturbe
assez vite la vie du petit village, et dans tout le canton l'on ne parle que de notre venue.
Début mai 1943, l'effectif est passé à soixante hommes,
aussi doivent ils occuper une deuxième fermes au lieudit " bel air ".
Tous les activités de la résistance dans le village de claveisolles se résume
à ces deux fermes qui ne sont plus visible aujourd'hui.
Source : Histoire vécue des maquis de l'azergues de Roger Chavenet
 
 
 
 
Webmasters Alexis SANLAVILLE | CLAVEISOLLES Net© 2001 2003 Tous droits réservés.